Chair de Femmes

Depuis l'aube de l'humanité, dès qu'une technique de modelage ou de sculpture s'est offerte à l'homme, celui-ci s'en est toujours servi pour représenter la nudité de la femme.

Il s’agit là d'une caractéristique propre à l'homme, voire même d'un instinct de survie nécessaire à la reproduction de l’espèce humaine. En effet, les hommes qui auraient pu naître avec une attirance sexuelle pour les fourmilières auraient été moins aptes à assurer cette lourde tâche. Leurs gènes ne se sont donc pas transmis et ont vite disparus, malgré leur intérêt récréatif.

Au contraire, il est probable que les hommes nés avec une attirance sexuelle obsessionnelle envers les femmes possédant deux seins et un bassin assez large avec un trou au milieu ont pu avoir des enfants plus facilement. Car, les attributs susnommés étaient forts utiles à cette pratique. Ces enfants ont donc eu ces mêmes gènes et se sont donc reproduits si facilement qu'il n'y avait vite plus de place si bien qu'ils ont du partir aux quatre coins du globe.

C'est la petite histoire de vos aïeux éloignés, elle explique comment nous sommes arrivés au monde d'obsédés sexuels d'aujourd'hui, et aussi pourquoi on ne peux pas faire de fouilles archéologiques ou visiter un musée sans tomber sur ces formes impudiques. C'était précisément là où je voulais en venir, car je n'ai jamais perdu le fil de ma savante explication ; il y a proportionnellement beaucoup plus de sculptures de femmes nues que de peintures. Les attributs féminins propres à la fécondité étant des formes en volume, en relief, et l'homme étant doté d'une vision stéréoscopique lui permettant justement de voir en relief, il est probable que la vision en relief de ces formes provoque une attraction irrésistible et universelle.

Ainsi, les hommes ont toujours créé des sculptures de femmes nues pour ressentir ou susciter cette attirance. Si l'aspect et l'utilité sociale de ces créations ont beaucoup variées selon les sociétés et les époques, le ressenti que suscite leur vision a peu changé. C'est ce ressenti que vous êtes ici invité à partager.

Depuis les statuettes qui évoquent une déesse de la fertilité que l'on a adoré et craint, jusqu'à la poupée gonflable à l'air de jeune fille innocente et apeurée servant à soulager ses pulsions comme un chien sur une vieille chaussure.

Deux civilisations, un même instinct.

 

-lien direct-