L'Age d'Or - 2/2

 Les photos stéréoscopiques de cette série proviennent des archives digitales de la Librairie du Congrès Américain et de la Bibliotheque Publique de New York.

Il s'agit d'importantes collections de photographies souvent de très bonne qualité, tant sur le fond que sur la forme, qui sont maintenant dans le domaine public. Pourtant peu de gens les connaissent, à cause de la rareté des médias 3D dans le grand public. Robert N. Dennis, par exemple, est très peu connu alors que la qualité et la quantité de son travail devraient le faire figurer parmi les grands noms de la photographie. Mon premier objectif a donc été de contribuer modestement à faire connaître ce domaine méconnu de la photographie.

La plupart des photos endommagées par le temps ont dues être retouchées pour rendre la vision en 3D plus confortable. Une longue sélection parmi ces dizaines de milliers de photos a été nécessaire, afin de ne garder que les photos représentatives d'une époque bien particulière.

La photo stéréoscopique a fait l'objet d'une succession de périodes de fort engouement populaire et périodes de désintérêt, voire de quasi disparition. Ces périodes varient en fonction des pays, des sources, des points de vues, etc. Cependant, aucune raison claire n'explique à elle seule ces fluctuations. Plusieurs hypothèses ont étés avancées mêlant les facteurs techniques avec le contexte économique, le dynamisme d'une personne ou d'une société avec des vents politiques favorables, l'engouement du public suscité par la nouveauté avant la lassitude et le détournement vers une autre invention à la mode...

Avec cette sélection de photos, je voudrais proposer une autre explication, plus profonde, globale et sensible, touchant à la nature profonde de l'homme. C'est pourquoi on ne peut l'expliquer correctement rien qu'avec des mots mais on peut le ressent assez précisément en s'immergeant dans les images représentatives des périodes d'engouement. Pour déterminer ces périodes, j'ai utilisé les fonds de la Librairie du Congrès Américain, assez important pour être représentatif de la production de photos stéréoscopiques aux États-Unis. En faisant un simple diagramme du nombre de documents stéréoscopiques (photos et albums) en fonction des décennies, les périodes apparaissent très clairement :

 

 

 

 

Pourquoi aux États-Unis on a produit tellement de photos stéréoscopiques entre 1860 et 1870 puis entre 1900 et 1910, et surtout, pourquoi on a ensuite arrêté subitement ? Ces périodes sont loin d'être anodines dans l'histoire des États Unis et plus précisément dans l'histoire de la psychologie américaine.

Le milieu du 19ème siecle en Amérique était l'époque de la ruée vers l'or et de l'arrivée massive de immigrants européens, fuyant la misère ou l'oppression pour un pays bercé par les histoires de millionnaires partis de zéro et de liberté des grands espaces. C'était l'époque où la fortune de l'Amérique et de chaque américain était promise grâce à la conquête de l'Ouest, où l'idée de la « destinée manifeste » conférait aux USA le devoir sacré d'apporter la civilisation dans les contrées sauvages par le génocide sacré des amérindiens. Bien sûr, tant de progrès techniques et idéologiques n'auraient pas pu se concrétiser autrement que par une bonne guerre, et ça n'a pas manqué; entre 1861 et 1865, la guerre de Sécession a été remarquable sur plusieurs points, notamment de par l'utilisation de nouveaux moyens techniques et industriels permettant de tuer bien plus efficacement, ce qui lui vaut d'être considérée comme la première guerre moderne. Cette guerre fut le bouquet final de cette fabuleuse avancée de la civilisation, fondatrice des États-Unis et donc d'une certaine façon, du monde actuel. C'est en 1865, à la fin de la guerre, que le Ku Klux Klan fut créé. Les pulsions bien trop humaines de conquête, de pouvoir et d'ethnocentrisme était à son apogée. La production de photos stéréoscopiques aussi.

Puis, en 1869, la première ligne transcontinentale achevait la jonction des deux côtes. Cela facilitera la conquête des derniers territoires et le massacre des derniers récalcitrants à la civilisation. Les décennies qui ont suivi ont été marquées par plusieurs crises, le pays s'est industrialisé et n'avait plus besoin de cowboys conquérants mais de sages ouvriers dans les usines ; les américains ramollissaient, la production de photos stéréoscopiques aussi.

Plus tard, une idéologie similaire a de nouveau sollicité les plus basses pulsions des américains. On ne donnait plus à voir les paysages du grand canyon, des rocheuses et les peuples sauvages qui y vivent (On comptait 11,5 millions d'indiens au 15ème siècle, en 1890, les 250 000 survivants étaient parqués et visibles en vrai lors de foires dans un habitat reconstitué). Au tournant du siècle, les américains peuvent s'immerger au sein des pyramides de Keops, des cerisiers en fleurs du Japon, des ruelles bigarrées de Palestine et des peuples sauvages qui y vivent...

Aux États Unis comme dans les puissances coloniales européennes, ce n'est plus le temps des conquêtes intérieures et de la guerre civile mais celui des conquêtes extérieures et des guerres impériales.

Ce sera le sujet d'une autre série de photos.

 

- Pour des raisons de confort visuel et de vitesse de téléchargement, cette série a été divisée en deux -

- Cliquez ici pour accéder à la première partie -

 

-lien direct-